Le projet Fonte Gaia

Le projet Fonte Gaia réunit chercheurs et bibliothécaires français, italiens, et au delà. Ensemble ils produisent, enrichissent, commentent et font évoluer FGBib et FGBlog.

L’idée

L’Université Grenoble Alpes, le Collex Italien - Humanités Numériques et leurs partenaires se mobilisent pour donner un nouvel essor aux études italiennes. Chercheur·euses et bibliothécaires ont créé  Fonte Gaia, projet de développement d’une communauté  souhaitant s’investir dans un réseau d’échange d’information et de débat d’idées autour de l’italianisme contemporain et international.

Le blog, la bibliothèque numérique

Le projet Fonte Gaia se décline en un blog (Fonte Gaia Blog, ou FGBlog) et une Bibliothèque Numérique Scientifique 2.0. (Fonte Gaia Bib ou FGBib).

Objet de recherche en même temps qu’outil, l’ensemble formé par les « objets numériques » développés dans le cadre du projet a pour vocation de proposer aux italianistes de tous les pays de devenir autant lecteurs que producteurs et commentateurs des éditions numériques publiées sur FGBib et des articles publiés sur FGBlog.

Fonte Gaia accueille régulièrement de nouveaux partenaires. Vous êtes chercheur·euse, vous représentez un laboratoire, une bibliothèque, une association, vous menez un projet « parent », vous rédigez vous-même un blog de recherche ? N’hésitez pas à nous contacter.

Le nom

Fonte Gaia doit son nom à la célèbre fontaine de la Piazza del Campo de Sienne, dû à la liesse que manifestèrent les habitants de la ville quand l’eau jaillit enfin en son centre en 1346.

« Le fonti  » est également le terme italien pour les « sources » des œuvres littéraires.

Par consonance, ce nom évoque le « Gai Savoir » (la « Gaia scienza ») des troubadours, d’un temps où la poésie était « méridionale » et sans frontières connues, entre France, Espagne et nord de l’Italie.

Ce  gai savoir sans cesse questionné et enrichi par l’expérimentation, par les relations humaines, par le voyage des idées et le mouvement du temps et de l’Histoire, est cher à Montaigne, puis à Nietzsche, deux grands connaisseurs de l’Italie.

Le jaillissement des savoirs, par leur confrontation et par la rencontre avec les sources, la circulation des cultures et des idées au-delà des frontières naturelles et administratives des Alpes, sont l’ambition en même temps que le sujet d’étude privilégié de Fonte Gaia, afin que  les humanités numériques forgent le gai savoir du XXIe siècle.